Déclaration des syndicats lors de la Plénière populaire de la COP27

0
201
Rhoda Boateng. Crédit photo: Sami Dellah

Ami.e.s, allié.e.s !

Je m’exprime ici aujourd’hui au nom de femmes et d’hommes fier.e.s qui veulent vivre dans la décence et construire un avenir pour les prochaines générations ! Je m’appelle Rhoda Boateng, et je parle au nom de millions de travailleuses et travailleurs dans le monde. 

Nous sommes à un moment décisif pour sauver notre avenir. Les gouvernements doivent maintenant se montrer plus ambitieux pour maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 1,5 °C. Il n’y a pas d’alternative ! La survie pure et simple de nombreuses personnes sur cette planète est en jeu. C’est pourquoi nous soutenons la Déclaration des Peuples, main dans la main avec les représentants des Peuples Indigènes, des Femmes et du Genre, de la Jeunesse, des mouvements environnementaux et de justice climatique du monde entier.

Cette déclaration est porteuse d’espoir pour les peuples. Elle porte sur la solidarité mondiale, la paix et la justice, la fin de toutes les guerres, occupations et conflits. Garantir un environnement sûr et favorable à la société civile. Construire une solidarité mondiale entre les travailleuses et travailleurs, les peuples et les communautés comme base de la justice et de la paix.

Les travailleuses et travailleurs ici en Afrique et dans le reste du monde paient un prix élevé pour le manque de leadership décisif sur l’action climatique. Cela suffit ! Nous disons « ça suffit » ! 

C’est pourquoi nous avons besoin de toute urgence d’une transition juste ! 

Nous demandons des mesures d’atténuation, d’adaptation pour les populations et de solides mécanismes de financement des pertes et dommages climatiques, en mettant l’accent sur l’annulation de toutes les dettes des États du Sud global et la réduction des flux financiers illicites.

Nous soulignons que la transition juste est un dialogue social avec les travailleuses et travailleurs à la table des négociations. Nous n’acceptons pas que d’autres décident de notre avenir ! Les travailleuses et travailleurs sont des personnes et les droits du travail sont des droits humains. Il s’agit également de l’égalité des sexes, de la création d’emplois décents et de qualité, comme le mentionne l’Accord de Paris. Nous ne voyons pas ces questions importantes dans les discussions de Sharm el-Sheikh ! Nous les exigeons maintenant ! 

Le pouvoir du peuple, la justice climatique !

Nous ne sommes pas encore vaincus ! Et nous ne le serons jamais !

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here