La jeunesse québécoise déterminée à rebâtir l’avenir

0
188

Simon Telles président de Force Jeunesse, et 19 autres signataires

Les jeunes de 18 à 35 ans sont peut-être moins à risque d’être victimes de complications s’ils contractent la COVID-19, mais force est de constater qu’ils sont aussi directement concernés par les conséquences collatérales de la pandémie.

Selon Statistique Canada, entre les mois de février et mai, 50,9 % des 15-34 ans ont perdu leur emploi. Les deux tiers des jeunes Canadiens ont déclaré que leur santé mentale s’était détériorée depuis le début de la pandémie et 67 % de la communauté étudiante postsecondaire affirmait être préoccupée par le manque de perspectives d’emploi à court terme. Par ailleurs, ce portrait général est encore plus sombre pour les jeunes issus de la diversité qui font déjà face à des barrières systémiques dans toutes les sphères de leur vie.

Les défis sont complexes et d’envergure, mais aussi porteurs d’occasions pour rebâtir un avenir qui soit plus inclusif, plus équitable et plus vert.

Pour y parvenir, il est essentiel que les jeunes soient activement impliqués dans l’élaboration des solutions et qu’ils occupent une place plus importante au sein des différentes instances décisionnelles afin de former une relève compétente et engagée. Cela passe notamment par la création de perspectives d’emploi intéressantes, par l’amélioration des conditions de travail ainsi que par l’interdiction du recours aux clauses de disparité de traitement qui ciblent directement les jeunes travailleurs dans le but de diminuer les coûts de la main-d’œuvre.

Il est également impératif que les mesures mises de l’avant soient réfléchies diligemment dans une perspective à long terme, tant sur les plans économique que social et environnemental.

À cet égard, les travaux d’infrastructures doivent se faire en concordance avec une transition écologique de notre société. Il faut saisir la relance comme une occasion incroyable pour transformer notre société, réduire notre dépendance aux énergies fossiles, développer des technologies renouvelables, repenser nos systèmes de transports actifs et en commun, etc. Le poids de la crise climatique repose sur nos épaules, et manquer ce virage pourrait avoir des conséquences douloureuses pour notre avenir, celui de nos enfants et des générations futures.

La crise a également brossé le portrait d’un système de santé malade, particulièrement dans les soins que nous offrons à nos aînés. Si nous voulons nous assurer que toutes les générations puissent bénéficier de traitements appropriés, nous devons nous interroger sur le financement à plus long terme du système de santé afin d’en assurer la pérennité. Pour ce faire, nous croyons que l’augmentation des transferts fédéraux en santé et le financement de la recherche sont des pistes de solution intéressantes.

L’après-COVID-19 sera différente de ce que nous avons connu jusqu’à maintenant. Alors, pourquoi ne pas profiter de cette transition pour favoriser un dialogue intergénérationnel aussi riche que fécond, ainsi que pour repenser et améliorer collectivement nos modes de fonctionnement, nos modes de vie ? Il est là, le véritable gain de la relance.

* Cosignataires : Keven Brasseur, président de la Commission Relève de la Coalition avenir Québec (CRCAQ) ; Mark Dewar, président de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec (CJPLQ) ; Alec Ordon, président du Comité national des jeunes du Parti québécois (CNJPQ) ; Noémie Veilleux, présidente de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ) ; Jade Marcil, présidente de l’Union étudiante du Québec (UEQ) ; Sandrine Desforges, secrétaire générale de la Fédération des associations étudiantes du campus de l’Université de Montréal (FAECUM) ; Catherine Gauthier, directrice générale d’ENvironnement JEUnesse (ENJEU) ; Maximilien Roy, PDG du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ) ; Jennifer Teasdale-Raymond, présidente de Citoyenneté Jeunesse ; Catherine Lajoie, présidente de la Fédération médicale étudiante du Québec (FMEQ) ; Me Mylène Lemieux, présidente du Jeune Barreau de Montréal (JBM) ; Jessy Anglehart-Nunes, président de la Confédération pour le rayonnement étudiant en ingénierie au Québec (CREIQ) ; Déborah Cherenfant, présidente de la Jeune Chambre de commerce de Montréal (JCCM) ; Marie-Christine Labranche, présidente de l’Association des Jeunes Barreaux de Région (AJBR) ; Keven Imbeault, président de la Confédération des Associations d’étudiants et étudiantes de l’Université Laval (CADEUL) ; Étienne Aumont, président du Forum de la relève étudiante pour la santé du Québec (FRESQue) ; Rima Chaaban, conseillère syndicale et responsable du dossier jeunes à la FTQ, Comité Jeunes de la FTQ ; Lassana Mane, président du Réseau des entrepreneurs et professionnels africains (REPAF) ; et Dany Gravel, président du Comité des jeunes de la CSQ

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here