La manutention, plus qu’un simple geste

0
530
Colloque 2019 de l’IRSST

Le 20 novembre 2019 se tenait le colloque de l’Institut de recherche en santé et sécurité du travail (IRSST) sur le thème de la manutention. Une dizaine de conférenciers sont venus présenter les plus récents travaux financés et réalisés par l’organisme.

Le titre du colloque traduisait bien la préoccupation des chercheurs. Ces derniers ont souligné que la manutention devait être étudiée non pas comme un simple geste qui doit respecter la consigne du « dos droit, genoux fléchis » – comme cela a longtemps été enseigné -, mais comme un mouvement complexe qui intègre un ensemble de facteurs tant environnementaux et physiques que sociaux et organisationnels.

Pour bien documenter toute cette complexité, les conférenciers nous ont présenté les nouveaux outils de recherche développés pour mesurer et comprendre sur le terrain les exigences de la manutention sur le corps des travailleuses et travailleurs, et ce, dans divers milieux : ambulanciers, vendeurs, commis, manutentionnaires, etc.

Denys Denis, professeur à l’UQAM, a également mis l’emphase sur l’importance de revoir la formation donnée. Cette dernière doit tenir compte de ce qu’il nomme les « principes d’action » qui sous-tendent tout effort de manutention. Il a rappelé l’importance d’investir dans cette formation, notamment en élaborant son contenu avec les travailleuses et travailleurs qui connaissent les difficultés et les trucs du métier nécessaires à une manutention sécuritaire.

Finalement, Jean-Jacques Atain Kouadio, expert d’assistance à l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) en France, est venu échanger avec les participants sur les travaux qu’il mène avec son équipe sur les exosquelettes. Il a posé la question des effets, positifs et négatifs, de ces aides à la manutention. Peut-il y avoir un transfert des risques d’une région du corps à une autre ? Il est encore tôt pour porter un jugement éclairé sur ces nouveaux outils. « Il faut rester vigilant », a-t-il souligné.

Le constat final de la journée indique que la manutention est un geste complexe qui repose sur l’expérience et les compétences des travailleuses et des travailleurs qui l’accomplissent quotidiennement, et qu’il faut les écouter et les observer pour en comprendre toute la richesse.