Une travailleuse du Manoir Laval est-elle décédée à la suite d’une négligence patronale ?

0
3163

Un plancher en piètre état dans une Résidence Soleil de Laval a provoqué la chute d’une aide alimentaire, syndiquée avec la section locale 106 du syndicat des Teamsters. La femme s’est retrouvée par terre, le visage ensanglanté, et a été admise d’urgence à l’hôpital. L’accident malheureux s’est produit au Manoir Laval faisant partie des Résidences Soleil appartenant au Groupe Savoie.

Photo Teamsters Canada

La travailleuse, qui se nommait Micheline Lauzon, a immédiatement constaté que quelque chose n’allait pas : elle ne sentait plus ses bras ni ses jambes. Des consœurs et confrères de travail lui sont venus en aide quelques instants après la chute. Hospitalisée d’urgence, la travailleuse a subi une intervention chirurgicale à la colonne vertébrale puisque tous ses membres étaient paralysés. Elle est décédée dans la nuit du 7 mars, près de deux semaines après son accident de travail.

« Je désire présenter mes sympathies à la famille et à ses amis-es et collègues de travail, a déclaré le président de Teamsters Canada, François Laporte. Je trouve épouvantable de savoir qu’une salariée est décédée de ce qui apparaît être à cause d’un accident de travail. Le problème avec le plancher avait pourtant été rapporté à la direction de l’établissement à plusieurs occasions. »

La chute s’est produite dans un réfrigérateur commercial de grande taille au Manoir Laval. C’est dans cette pièce qu’on entrepose les denrées périssables afin de nourrir les résidents de l’établissement. La travailleuse est d’abord entrée dans le réfrigérateur afin d’aller y déposer des aliments. Le plancher, qui était abîmé depuis plusieurs mois, avait fait l’objet d’une réparation de fortune afin d’éviter les chutes. L’employeur avait fait installer une plaque de métal dont l’un des coins s’est retroussé au fil du temps. En fait, il semble que le revêtement du plancher, devenu inégal avec le temps, aurait dû être refait au complet.

Tous les ingrédients pour provoquer un accident de travail étaient réunis.

« Nous estimons que cette chute était évitable, fait remarquer le président de la section locale 106 des Teamsters, Jean Chartrand. Madame Lauzon était une travailleuse loyale et dévouée, appréciée de ses collègues de travail et des résidents. Son décès a provoqué une onde de choc au Manoir Laval. »

Une plainte à la CNESST a été déposée en rapport avec cette histoire, mais la question qui est sur toutes les lèvres des personnes salariées de l’établissement en ce moment est : la travailleuse est-elle décédée à la suite d’une négligence de la part de l’employeur ?