L’union fait maintenant la force dans le monde du spectacle, de la télé et du cinéma

0
308

Grosse nouvelle dans le monde syndical et dans le monde du spectacle, de la télévision et du cinéma, l’AQTIS, l’AIEST-667 et l’AIEST-514 joignent leurs forces. L’Association des techniciens et techniciennes de l’image et du son, section locale 514 (AIEST-514) représentera 7 000 professionnels et sera le plus grand syndicat du cinéma et de la télévision au Québec.

La FTQ est ravie d’accueillir 4000 nouveaux membres. «C’est avec une grande fierté que nous accueillons le résultat de ce vote. Cette solidarité ne pourra qu’être favorable à l’amélioration des conditions de travail des milliers de travailleuses et travailleurs de ce secteur. Cela nous donne également plus de poids pour réclamer des gouvernements davantage d’argent pour nos productions québécoises et pour attirer davantage de productions étrangères», déclare le président de la FTQ, Daniel Boyer.

Les votes tenus dans les trois associations démontrent l’appétit des membres pour une association unique. Pour l’AIEST-514 le résultat a été de 82%, pour l’AIEST-667 ce fut 94% et pour l’AQTIS 83%.

Les travailleurs et travailleuses de l’AQTIS œuvraient principalement dans l’industrie de la télévision et du cinéma. Ils étaient derrière la caméra, à la réalisation, au son, au montage, au maquillage, aux costumes, aux décors, à l’éclairage, aux effets spéciaux, dans de nombreuses productions télévisuelles et cinématographiques du Québec, mais également pour de grands studios américains.

«Le 23 septembre 2020 est un grand jour! La vaste majorité des travailleuses et travailleurs de l’industrie cinématographique et télévisuelle a donné son accord à un projet de fusion, sans aucune ambivalence. Le message est clair et démontre une volonté de s’unir. Nous comprenons que les gens sont attachés à leurs métiers et à leur industrie», affirme le vice-président Québec de l’AIEST-667, Christian Lemay.

Les discussions entre les trois associations avaient débuté en 2019. «Le regroupement de nos organisations nous donne de nouvelles et plus grandes possibilités de croissance. Cette union est le catalyseur du changement que nous souhaitons depuis longtemps au Québec. La croissance permet la force!», déclare le président de l’AIEST-514, Daniel Matthews.

L’AIEST-514 représentera 7 000 artisans pigistes de plus de 150 métiers liés à la conception, la planification, la mise en place ou la réalisation d’une production audiovisuelle. Rappelons que la majeure partie des productions de théâtre, danse, musique et autres arts vivants ont été annulées au printemps dernier. L’industrie du cinéma a repris timidement à la fin de l’été, mais les perspectives d’une deuxième vague laissent planer le doute sur les productions à venir.

La très vaste majorité des travailleurs et des travailleuses des différentes industries du spectacle et du cinéma sont des travailleurs autonomes particulièrement vulnérables à la fermeture partielle de notre économie. L’arrêt complet du printemps dernier a été un coup particulièrement dur. Le discours du Trône du 23 septembre dernier a pu au moins les rassurer un peu en annonçant le prolongement des mesures d’aides aux travailleurs et aux travailleuses.

Dans ce contexte difficile pour les artisans de l’industrie, cette fusion représente donc un rayon de soleil selon les porte-parole des différentes associations. «C’est un beau moment de démocratie. Nous pouvons enfin construire ensemble l’avenir de la production au Québec et de ses artisans. Le plus beau reste à faire!», ajoute le président de l’AQTIS, Dominic Pilon.

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here