Le travail des enfants en progression

0
286
Photo Tinnakorn Jorruang

Selon un rapport de l’Organisation internationale du travail (OIT), les estimations de 2016 à 2020 indiquent que 160 millions d’enfants travaillent à travers le monde, soit pratiquement un enfant sur dix. Environ 79 millions d’enfants effectueraient même des travaux jugés dangereux ou préjudiciables pour leur santé, leur sécurité ou leur développement moral. Depuis 20 ans, l’OIT fait enquête tous les quatre ans sur les ménages pour calculer ce chiffre.

Le pourcentage d’enfants qui travaillent reste quasiment inchangé, mais ces chiffres révèlent que le nombre total d’enfants qui travaillent a augmenté de plus de huit millions sur la période 2016-2020, et que le nombre absolu d’enfants effectuant des tâches dangereuses a augmenté de 6,5 millions.

C’est totalement inadmissible qu’encore aujourd’hui, 160 millions d’enfants de 5 à 17 ans, soit près d’un enfant sur 10 parmi tous les enfants du monde entier soient astreints au travail.

Nous nous retrouvons en 2020 avec 63 millions de filles et 97 millions de garçons qui sont ainsi partiellement ou totalement exclus de l’école et la pandémie actuelle n’améliorera certainement pas leurs situations. Il faut un plan d’action d’urgence à l’échelle planétaire », a déclaré le président de la FTQ Daniel Boyer

Selon la secrétaire générale de la CSI, Sharan « le scandale, c’est que nous avons la réponse à ce fléau. Nous savons que nous pouvons lutter contre le travail des enfants en mettant en place un nouveau contrat social pour les travailleurs et les travailleuses, qui repose sur la création d’emplois décents pour les adultes, l’investissement dans la protection sociale et dans des services inclusifs, tels que les soins et l’éducation. »

« Les parents ne veulent pas que leurs enfants travaillent ; ils sont obligés de l’accepter pour survivre, et à cause de l’absence d’une éducation de qualité. Aucun parent ne devrait être contraint de faire ce choix. Les personnes qui travaillent méritent un nouveau contrat social, maintenant. »

LAISSER UNE RÉPONSE

Please enter your comment!
Please enter your name here