Le télétravail : à quel prix ?

0
585

Collaboration spéciale de Sylvie Chevrier, intervenante spécialisée en santé, responsable des DS du SEPB-575, réseau DS du CRFTQMM

Dès la mi-mars, à la suite des recommandations de la santé publique et du gouvernement, l’employeur nous a demandé de faire du télétravail. La majorité des employés de Desjardins ont commencé cette expérience en pleine pandémie. Dès le début, plusieurs d’entre nous étaient heureux de ne plus avoir à perdre du temps en se déplaçant matin et soir. Cela devait durer trois semaines puis les prolongations se succédèrent. Nous étions tous confinés en famille, mais plus seuls que jamais. Un retour à l’école pour certains enfants, pour d’autres c’était l’école à la maison. Pendant tous ces mois, la détresse psychologique augmentait de jour en jour. Cette situation exceptionnelle nous a amenés à vivre des émotions intenses et à perdre nos repères habituels.

Après plus de huit mois en télétravail en tant que responsable des DS du SEPB-575, je me suis questionnée : comment vont nos membres ? Comment se sentent-ils ? Comment puis-je les approcher ? Le monde du travail va changer, le télétravail est-il là pour rester ? Les discussions de corridor n’existent plus, on ne se croise plus lors des pauses, des diners, seules les rencontres virtuelles remplacent ces contacts si importants. Comment en tant qu’employeur, syndicat ou collègues pouvons-nous observer qu’une personne ne va pas bien ? J’avais des préoccupations autant en santé mentale, qu’en santé et sécurité que sur l’autonomie, l’efficacité, la communication, les interactions et le bien-être, toujours en contexte de télétravail. 

Par l’intermédiaire de Louise Grenier et Marc Thomas, coordonnatrice et coordonnateur des DS du Conseil régional FTQ Montréal métropolitain, j’ai été mise en contact avec deux professeures soit, Francine d’Ortun, PhD MA BSc et CRHA, professeure titulaire (honoraire) d’Université et chercheure associée au CRIEVAT-Université Laval, ainsi que Mélanie Dufour-Poirier, PhD et CRIA, professeure agrégée, École de relations industrielles, Université de Montréal avec qui je collabore sur les modalités du télétravail.

Celles-ci nous accompagnent dans une démarche d’enquête auprès de nos membres. L’objectif de cette enquête est de savoir comment ils vivent cette situation de détresse psychologique de plus en plus présente. Il est primordial de garder le contact avec les collègues afin de pouvoir les aider. Par la suite, des discussions seront entreprises avec l’employeur afin de le sensibiliser aux nouveaux défis que vit son personnel.

Nous partagerons avec plaisir nos démarches qui pourraient être appliquées dans votre milieu de travail.

Pour lire le reste du dossier La parole aux DS cliquez ici.