Construction : Il est minuit moins une pour les emplois en région

0
843
Photo Yancy Min

L’embauche régionale est un des principes fondamentaux du système de gestion de la main-d’œuvre dans l’industrie de la construction. De nombreux maires de MRC sur la Côte-Nord ont lancé un cri du cœur au ministre du Travail afin que les travailleurs et les travailleuses en région puissent compter sur une priorité d’embauche dans la région où ils demeurent. La FTQ-Construction défend présentement ce droit devant les tribunaux et continue sa lutte pour protéger les régions du Québec.

Après une attaque juridique de l’Association de la construction du Québec, le Tribunal administratif du travail (TAT) a déclaré invalides et inopérants des articles du règlement et a annulé des clauses des conventions collectives en rapport avec la mobilité.

Le TAT a suspendu l’effet de telle déclaration jusqu’au renouvellement de ces conventions collectives. Les négociations pour le renouvellement des conventions collectives dans la construction se déroulent en ce moment. Les parties ont la tâche de repenser les règles de l’embauche régionale.

Malgré le fait que cet enjeu soit toujours devant les tribunaux supérieurs pour contester la décision du TAT, c’est aux tables de négociation que les syndicats devront protéger le droit de travailler des travailleurs et travailleuses de manière prioritaire dans la région où ceux-ci résident. Le choix de la région où le travailleur ou la travailleuse veut vivre demeure une préoccupation et une priorité pour la grande majorité dans le contexte particulier de la précarité de l’emploi dans l’industrie.