Rencontre avec François Legault à la COP26

0
778

La FTQ tend la main au gouvernement une fois de plus pour une transition juste

Rencontre avec François Legault à la COP26. Crédits photo: Rima Chaaban, FTQ

Glasgow, le 3 novembre 2021. – Présente à la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP26), en Écosse, la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) a échangé avec le premier ministre François Legault dans le cadre de la rencontre de la société civile québécoise. La délégation syndicale a profité de l’occasion pour rappeler au premier ministre qu’il reste encore beaucoup à faire avant d’en arriver à un plan vert qui assure une transition qui soit juste pour les travailleurs et les travailleuses. Une fois de plus, la FTQ tend la main au gouvernement de la CAQ en espérant finalement être entendue.

« Ce qui manque actuellement au Québec, c’est une réelle volonté politique dans le dossier climatique. Alors que la COP est un endroit où les pays et les États s’engagent à l’atteinte de la carboneutralité, notre gouvernement s’y présente sans avoir rehaussé ses cibles au nom du pragmatisme. Pourtant, la situation est critique. Les scientifiques du monde entier s’entendent pour dire qu’il faut des cibles et des actions plus ambitieuses pour l’atteinte de la carboneutralité en 2050. Si M. Legault se plait à vanter la situation envieuse du Québec au chapitre de l’environnement, il devrait se doter d’un plan plus costaud parce que, à ce rythme et à force d’excuses pragmatiques, on risque de perdre notre position. 

« À la FTQ, nous tendons la main à M. Legault et à son gouvernement pour une énième fois. Nous sommes prêts à nous mettre au travail. Il faut agir rapidement et amorcer une transition juste qui nous permettra d’atteindre nos objectifs climatiques et de limiter les coûts humains, sociaux et économiques de ces changements pour les travailleurs et travailleuses et leurs communautés. Au Québec, nous avons l’avantage d’avoir des structures de dialogue efficaces déjà existantes, il suffirait de les utiliser et de travailler ensemble dans un objectif commun, afin d’assurer une transition verte, juste et inclusive pour les Québécois et les Québécoises », souligne le secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc.

Par ailleurs, alors que le mouvement syndical martèle depuis des années le concept de transition juste pour les travailleurs et travailleuses, il n’en est pas mention une seule fois dans le document préparé par la CAQ à l’occasion de la COP. Il s’agit plutôt d’un document destiné aux investisseurs. Même chose du côté du Canada. Le premier ministre Justin Trudeau n’a pas mentionné une seule fois qu’il fallait une transition juste pour les travailleurs et travailleuses lors de son discours à Glasgow.

La FTQ profitera de sa présence à Glasgow pour rencontrer les partis politiques afin de discuter de la transition juste et de faire connaitre ses revendications.

Les propositions de la FTQ pour une transition juste réussie :

  • Mettre en place un groupe de travail paritaire sur la transition juste ayant comme mandat de définir le concept, le financement et les indicateurs de réussite
  • Créer des pôles de discussion pour un développement socio-économique des régions basé sur le dialogue social et les besoins des communautés
  • Déployer des programmes adéquats de protection sociale, d’éducation et de renforcement des compétences, de réemploi et de mobilité destinés aux travailleurs et aux travailleuses et en assurer l’inclusivité.
  • Poser des diagnostics sur les besoins du marché de l’emploi en matière de main-d’œuvre.

La délégation de la FTQ à Glasgow est composée du secrétaire général de la FTQ, Denis Bolduc, ainsi que plusieurs membres des syndicats affiliés de la FTQ, dont le Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB), le Syndicat des Métallos, la FTQ-Construction et le Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC).

La FTQ, la plus grande centrale syndicale au Québec, représente plus de 600 000 travailleurs et travailleuses.