La FTQ invite l’État à investir davantage en transport scolaire

0
90
Crédit: Francis Vachon

À l’instar des associations des transporteurs scolaires, la FTQ a réclamé aujourd’hui dans un communiqué que le gouvernement du Québec bonifie substantiellement le financement du transport scolaire. Sans ce réinvestissement pourtant réclamé par l’ensemble des partenaires, c’est tout le réseau qui pourrait subir les contrecoups d’avoir négligé trop longtemps ce maillon essentiel de notre système éducatif.

Les conducteurs et conductrices ont interpellé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, à maintes reprises pour qu’il bonifie son financement en allouant aux centres de services scolaires des contributions substantielles dédiées à améliorer leurs conditions de travail.

« Actuellement, les travailleurs et travailleuses du transport scolaire que nous représentons gagnent entre 20 000 $ et 25 000 $ par année. C’est trop peu pour attirer des gens vers la profession et les retenir», a déploré Daniel Boyer, président de la FTQ.

La FTQ et ses syndicats affiliés martèlent depuis plus de 5 ans que le gouvernement doit réinvestir dans ce secteur. La hausse fulgurante de l’inflation combinée à la pandémie ne fait qu’empirer le problème de rétention et de recrutement dans l’industrie. Les offres récentes du gouvernement de la CAQ de 3,4% aux centres de services scolaires sont nettement insuffisantes pour améliorer les conditions de travail et mieux couvrir les coûts inhérents aux opérations dans ce secteur.

« Il faut prendre toute la mesure de la crise qui secoue actuellement le transport scolaire et envisager une hausse substantielle et rapide du financement public. À défaut, la rentrée scolaire dans plusieurs régions sera un cauchemar pour les parents québécois. Ceci serait le pire scénario pour ces familles déjà aux prises avec des turbulences économiques majeures », a indiqué Daniel Boyer.

« Québec doit agir rapidement pour protéger le secteur du transport scolaire et ses travailleuses et travailleurs. Les familles québécoises doivent pouvoir compter sur un transport scolaire de qualité, adéquatement financé. C’est un élément essentiel pour les familles qui ne souhaitent pas de bris de services en pleine rentrée scolaire », a conclu Daniel Boyer.

La FTQ compte six syndicats affiliés dans le secteur du transport scolaire : Teamsters Canada, Unifor Québec, Travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC Québec), Syndicat québécois des employées et employés de service (SQEES-298), Syndicat des Métallos, Union des employés et employées de service (UES 800).