J’y vais sur-le-champ ! : un programme discriminatoire

0
462

Le syndicat des Travailleurs et Travailleuses unis de l’alimentation et du commerce, section locale 501 (TUAC-501) ont déposé une plainte à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse invoquant la discrimination du programme d’aide financière J’y vais sur-le-champ!

La prime de 100 $ par semaine du gouvernement est accordée uniquement aux travailleuses et travailleurs agricoles rémunérés au salaire minimum. Ce faisant, 177 des 458 travailleuses et travailleurs agricoles syndiqués avec les TUAC-501 qui gagnent quelques sous de plus que le salaire minimum sont disqualifiés de ce programme public. Le syndicat juge que c’est « une bien piètre façon de remercier le dur labeur des centaines de travailleurs agricoles qui ont contribué à nourrir les familles québécoises durant ces temps de crise. »

Pour les TUAC-501, le contrat intervenu entre le MAPAQ et l’UPA discrimine les travailleuses et les travailleurs agricoles syndiqués en plus de générer une disparité de traitement considérable par le biais d’un avantage social financé à même les fonds publics. En restreignant le droit d’accès à l’incitatif uniquement aux personnes salariées travaillant au salaire minimum, l’organisme crée une exclusion importante chez les personnes salariées syndiquées qui a pour effet de compromettre ce droit.

Compte tenu du nombre élevé de dossiers à traiter à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, le délai d’assignation pourrait prendre quelques mois.